Le lecteur de mangas est-il un dangereux psychopathe ?

cowboy-bebopVoilà une question à laquelle il est intéressant de répondre, car si le lecteur de mangas souffre d’une véritable addiction pour ces petites bandes dessinées japonaises (et cela peut aller plus loin, jusqu’à se métamorphoser en personnage de ces BD lors de mystérieuses conventions dédiées à la culture japonaise), il reste toutefois, la plupart du temps, inoffensif. En effet, la lecture de mangas peut déclencher chez lui la création d’un imaginaire dépassant les frontières de notre triste et morne réalité, il se trouve ainsi comme enfermé dans une bulle hermétique où ses rêves d’évasion deviendraient presque palpables. Il n’est donc pas rare de croiser quelques sujets, intimement convaincus qu’ils deviendront un jour des pirates, naviguant avec bravoure sur la route de tous les périls, ou d’intrépides ninjas se battant avec courage pour défendre le village sacré de Konoha.

 

De ce fait, nous pouvons affirmer que la lecture de manga n’est pas sans risques. Mais elle présente aussi de nombreux points positifs.

 

Est-il vrai que lire des mangas accentue la pousse des poils nasaux ?

Mes amis, ne nous laissons pas distraire par de scandaleuses légendes urbaines. Certes, le manga est fréquemment défini comme une lecture illégitime, destiné à une classe d’adolescents déficients, pour qui « la grande Littérature » (terme définitivement discutable) n’est autre qu’une indéchiffrable suite de mots incompréhensibles. Et c’est un grand débat que voilà ! La question de la légitimité de la lecture étant un gouffre dans lequel ni vous ni moi n’avons envie de s’enfoncer, souvenons nous seulement de ce qu’a écrit notre cher Sartre dans son roman autobiographique Les mots : la lecture de romans « divertissants », en plus d’apporter au lecteur du plaisir, un moyen d’évasion, une compagnie, permet de créer chez lui une habitude de lecture qui le formera par la suite en tant que lecteur. Ces lectures, et notamment celles de mangas, sont donc légitimes dans le sens où elles forment à la lecture et constituent un véritable vecteur de développement de l’imagination et du goût.

 

Et il y en a pour tous les goûts !

46_fruits_basketQuelle bonne nouvelle ! Mais, avant de se pencher sur les différents genres que présente le manga, rappelons cependant que sa lecture nécessite un premier apprentissage. Le néophyte se lançant tête baissée dans la lecture d’un manga se cogne généralement au robuste mur – pour nous occidentaux – de la lecture de droite à gauche. Cette première étape constitue le premier pas vers l’acceptation de la particularité, et c’est ainsi que s’ouvre devant vous, devenu depuis peu lecteur ambidextre, une infinité d’ouvrages tous uniques par leurs histoires plus ou moins farfelues, mais pouvant se catégoriser en au moins trois catégories.

 

Amour, passion et petits chatons

Si vous êtes sensible aux histoires à l’eau de rose d’adolescentes en fleur, vous serez probablement attirés par le shōjo manga. Outre le caractère romantique très prononcé de ce genre, il peut s’agir parfois de réels voyages initiatiques, et le lecteur peut alors facilement s’identifier aux protagonistes.Prenons comme exemple le shōjo Fruits Basket de Natsuki Takaya, qui relate en 23 volumes l’histoire de la jeune Tohru Honda. Cette dernière est une lycéenne de 16 ans, orpheline, recueillie par les membres d’une famille maudite qui se transforment chacun en l’un des douze animaux du zodiaque chinois. Au fil de la série, l’adolescente est confrontée à des obstacles qui, derrière des aspects fantastiques, reflètent en vérité les questionnements que tout adolescent peut se poser. Le shōjo a donc une qualité incroyable : celle de créer une véritable catharsis chez le lecteur.

 

Aventures, bagarres et testostérone

46_Juliette_One-PieceSi vous préférez l’action, les combats ou encore les histoires de force et de dépassement de soi, vous serez probablement attirés par le shōnen manga, autrement dit le « manga pour jeune garçon ». Ce genre présente couramment l’histoire d’un jeune héros emplit de rêves et d’ambition, comme le fougueux Monkey D. Luffy, jeune pirate héros de la saga One Piece, qui doit se battre pour obtenir ce qu’il désire le plus au monde : le titre de roi des pirates ! Tout comme One Piece, les shōnen mangas sont souvent porteurs de morales et de principes que les personnages s’approprient au cours de leurs multiples et incessantes aventures. Ainsi, si l’on croit en le rôle de modèles que peuvent avoir ces personnages (notamment chez les jeunes lecteurs), il ne serait pas fou de dire, que, OUI, le manga peut être vu comme une sorte d’apologue qui nous rendrait vertueux ! Et nous voulons y croire.

 

Violence, marre de sang et boobs à foison

Si vous préférez le trash, le gore et le sexe (et non vous n’aurez pas d’illustrations pour cela), penchez-vous alors sur le seinen manga (et ce n’est qu’à peine exagéré). En effet, le seinen manga étant destiné à un public masculin et adulte, il n’est pas inhabituel, lorsque vous entre-ouvrez un livre au hasard dans le rayon seinen d’une librairie, de tomber sur des scènes à caractère sexuel +++ ou sur de véritables boucheries et autres marres de sang. L’excellent Battle Royale (tiré du roman du même nom)de Masayuki Taguchi et Koushun Takami, décrit l’histoire d’une quarantaine d’élèves, dans un pays totalitaire appelé « République de l’Est », envoyés sur une île dans le but de jouer à un « jeu » : s’entre-tuer et ne laisser qu’un seul survivant. Si le roman était déjà poignant, l’apport des images du manga brise l’aspect in-figurable d’un tel scénario, et nous met sous les yeux l’horreur du massacre juvénile. Malheureusement, le Gazettarium n’a pas pu tester pour vous les seinens dit érotiques (pardonnez).

 

Mais il existe bien d’autres sagas qui ont des thèmes plus particuliers. Un exemple, vous êtes fan de rock ? Beck (Harold Sakuishi) saura combler votre désir de rock’n’roll ! Vous n’avez donc plus aucune excuse pour ne pas vous y mettre.

 

Votre nez pisse le sang quand vous apercevez une culotte ?

46_battle_royale_01C’est que vous en avez déjà trop lu ! Les mangas regorgent de codes et de symboles qui leurs sont propres, et c’est à chaque fois un plaisir de les retrouver. L’expression exagérée des sentiments fait partie de ce que l’on retrouve très régulièrement dans un manga, et la retranscription en l’image entraîne de ce fait chez le lecteur une émotion accrue. On remarquera d’ailleurs que l’expression extrême du sentiment est à l’inverse de ce que l’on peut retrouver dans les mœurs japonaises ou dans les films (attendre 2h le baiser pour qu’il n’arrive finalement jamais…). Ainsi, l’écriture et l’illustration du manga se révèlent être de véritables licences pour les auteurs (mangaka), et c’est peut-être pourquoi certains scénarios nous semblent parfois si déjantés.

 

Alors, même s’il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir placer les références de nos mangas préférés dans nos dissertations, lisez des mangas, c’est bon pour la santé ! Et s’il y a encore quelques réticents parmi vous, sachez qu’il existe des mangas occidentaux qui se lisent de gauche à droite (Pink Diary – Jenny).

Le lecteur de mangas n’est pas un dangereux psychopathe.

 

Juliette Descubes

 

Publicités

5 réflexions sur “Le lecteur de mangas est-il un dangereux psychopathe ?

  1. Pingback: le litterarium

  2. Est-ce ypun article serieux ou s’agit t’il dune aimable critique commme je lespere? Ou meme de l’ironie? Merci de ne pas degrader limage des mangas.

    • Bonjour Guillaume et merci pour votre commentaire.
      Si vous avez bien lu l’article vous conviendrez qu’il ne dégrade nullement l’image des mangas. Au contraire, c’est avec une pointe de malice que l’auteur défend justement les mangas contre les clichés qui trop souvent les accompagnent.

  3. M’ouais, l’article en lui-même n’est pas mauvais mais trop vague et trop cliché, j’ai conscience que cet article s’adresse aux néophytes et détracteur du genre manga, mais plusieurs points reste a soulever:
    L’auteur ne cite ici que les 3 genre principaux: Shojo, Shonen et Seinen. En effet, on pourrais également cité les bishoujou, bishonen et josei (moins connus certes, mais bien présent), (ainsi que le h***aï, mais je ne m’attarderais pas la dessus *raclement de gorge*)

    Ensuite, il faut savoir que chacun de ces genres sont diviser en sous-genre. Je ne peut pas détailler tout les sous-genre, mais je vais en revanche détailler les sous-genre de shonen et seinen

    Tout d’abord il faut savoir que le genre est en réalités une « cible éditoriale », autrement dit, l’auteur détermine lui même le genre en disant « ce manga sera publier dans tel magazine, et s’adressera d’avantage aux jeunes filles donc se sera un shojo ».
    Nous avons tous en têtes l’image cliché des shojo dégoulinent d’amour et des shonen bourrés de testostérones et d’action. Mais gardez bien en tête que c’est l’auteur lui même qui détermine le genre, et il parais donc logique qu’un manga romantique intéresse plus les jeunes filles que les jeunes hommes, qui, eux, préfèrerons les manga shonen.

    Mais revenons-en au sujet initial: Le shonen n’est pas un manga forcément bourré d’action, de même que le seinen n’est pas forcément gore.

    Le shonen s’adresse généralement a des adolécent et peut se diviser en plusieurs catégorie: Le Neketsu, qui est le genre le plus courant désigne la plus-part des mangas de bastons (One Piece, Bleach, Naruto, Fairy Tail ect…),
    Ensuite il y a les Yonkoma, le plus connus étant Lucky star (mais il y en a d’autre moins connus) dans lesquels les épisodes se découpent en scènettes de quelques secondes, voire quelque minutes et qui sont généralement a but humoristiques
    On trouve ensuite les Ecchi, un sous-genre érotique de shonen mêtent en scène un jeune homme entourée de femmes a plus ou moins forte poitrines (bref, un scénario peut poussé mais des boob’s, encor des boob’s, et toujours des boob’s)
    Néemoins, certain shonen comme l’excellent Code Geass ou Death Note (tout aussi bon) bénéficie de scénario un peut plus poussé allant plus loin que les morales classique du style « la guerre c’est mal » et qui les ferais presque rentré dans la catégorie seinen

    Et enfin la troisième catégorie, le Seinen, contrairement a son jeune frère,:ne peut pas être diviser en cathégorie. En effet, un auteur de seinen se contente de pioché parmis les codes et caractéristiques du genres et les intègres ou non.

    On reconnais généralement un manga seinen a son scénrio généralement plus pousser et qui remet en questions certaines valeurs véhiculer par les shonen: Le plus souvent dans un shonen, le « méchant » de l’histoire est juste un psychopathe torturer que seul le chaos et la destruction intéresse. Alors que le « méchant » dans un seinen (qui est parfois le héro lui même), a généralement des motivations plus nobles (Exemple avec Makishima de « Psychopass » qui fait le mal afin de détruire un système encore plus dangereux et maléfique)
    De plus, dans un seinen, le héro lui-même n’est pas forcément tout rose et tout gentil, comme dans Btooom; ou le protagoniste, un pauvre jeune homme sans histoire se retrouve a devoir tuer pour sa propre survit

    Mais le genre seinen ne s’arrête pas là, il aborde parfois des thèmes sérieux (comme le monde mafieux dans Phantom: the requiem for the phantom), voir choquant (les meurtres, les viols, les crimes d’enfants, la délinquance juvénile, la guerre, les génocides, ect…), et parfois de manière violente voir gore.
    Bref, un genre a ne pas mètre entre toute les mains

    • Merci pour ces précieuses précisions, Léo !
      En effet, l’article se veut à destination du plus grand nombre dans une optique de « vulgarisation » et écrit sous un ton humoristique. L’auteur n’avait pas vraiment la place et la volonté d’entrer dans les détails.
      Mais vous avez parfaitement raison quant à la catégorisation fouillée des mangas qui recèle parfois des œuvres très différentes dans une même catégorie. Certains passages de shonen pourraient être, par exemple, classé comme seinen (sans atteindre la violence d’un MPD Psycho, que j’apprécie particulièrement à titre personnel).
      On pourra aussi se reporter à la page Wikipédia pour en savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Manga#Cibles_.C3.A9ditoriales

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s