Au cœur de la légende arthurienne

guenievre-lancelotAu diable les écrits trop classique, nous préférons vous parler de Fantastique. Nous allons donc vous présenter une œuvre qui regroupe trois histoires que certain connaissent peut-être déjà par cœur : les Chroniques du Graal d’Anne-Marie Cadot-Colin. Nous retrouvons certains des plus illustre chevaliers de la Table ronde tel que Lancelot du lac, Perceval et Yvain le chevalier au lion. Le Premier récit est l’adaptation d’un roman en prose dont l’auteur est anonyme. Quant aux deux autres, il s’agit bien sûr des écrits de Chrétien de Troyes. Tout au long des pages, l’on croise le chemin de la reine Guenièvre, l’amante du chevalier Lancelot et épouse du grand roi Arthur, de Gauvain et de ses frères, neveux du roi, de la fée Morgane, de la belle Dame du lac ou bien sûr du sorcier Merlin sans qui tout cette histoire n’existerait pas, ainsi que de tout un panel de chevaliers, rois et personnages en proie à quelques maléfices et malédictions en tout genre. Mais c’est Lancelot qui aura ici toute notre attention.

Lancelot est sans doute le chevalier le plus connu après Arthur. Fils du roi Ban de Bénoïc, il a été élevé par la Dame du Lac dans des conditions qui étaient loin d’être désagréables. Après avoir appris durant toute son enfance à se battre, à monter à cheval et à développer toute sorte de talent et de qualité tel que la galanterie (dont la grande majorité des hommes d’aujourd’hui sont dépourvus), il part pour Camelot (aussi appelé Camaloth ou Camaaloth selon les versions) pour devenir chevalier et servir le roi Arthur. Une fois adoubé, il croise le regard de celle qui deviendra son amante, la reine Guenièvre, illustrant par là même la célèbre tirade de Corneille : « À qui sait bien aimer il n’est rien d’impossible. » En effet, pour l’amour de sa reine Lancelot se lance dans plus d’une aventure dangereuse comme la quête du château de la douloureuse garde où il lui fallut vaincre plus de quarante hommes en une nuit, ce qui lui vaudra le surnom de meilleur chevalier au monde.

lancelot1Toujours pour l’honneur et l’amour de Guenièvre, Lancelot endure les pires souffrances et humiliations : ainsi le jour où il dû monter à l’arrière d’une charrette ce qui était le pire des déshonneurs pour une personne de son rang. Ce vaillant homme rencontra sur son chemin beaucoup d’amis mais aussi des ennemis qui, par leurs combats, lui permit de progresser et de devenir celui que tous aimait et admirait. Mais comme beaucoup d’histoires d’amour, celle qu’il vivait avec sa dame finit de façon malheureuse. Guenièvre ne pouvant être avec lui choisi de vivre une vie sainte et pieuse dans un monastère pour racheter ses péchés suite à la mort du roi. De son côté, Lancelot partit vivre en ermite pour servir Dieu durant le temps qu’il lui restait à vivre. Lorsqu’il mourut, son corps fut transporté dans la tombe où reposait son compagnon et meilleur ami. Cet homme qui avait durant sa vie déjoué plus d’une malédiction et mit fin à plus d’un maléfice, cet homme dont on avait chanté les louanges dans plus d’un pays finit sa vie simplement, dénué et sans la femme qu’il aimait. Sa dévotion à la reine est le symbole de ce que l’on appelle l’amour courtois.

Léonore Boissy

Publicités

Une réflexion sur “Au cœur de la légende arthurienne

  1. Pingback: Au cœur de la légende arthurienne | Le Litterarium

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s