L’Attaque des Titans : monstres et Cie

attaque-des-titans

Au pays du soleil levant, on aime bien inventer des histoires plus étranges les unes que les autres. Le manga L’Attaque des Titans en est le parfait exemple. De son nom d’origine, Shingeki no Kyojin, cette série vit le jour en 2009 au Japon sous la plume d’Hajime Isayama. Ce fut son premier succès et grâce à elle, il remporta le tournoi shonen en 2013. Véritable phénomène au Japon avec dix-huit tomes publié. On en compte dix-sept sortis en France avec une édition limitée pour le dernier paru. Mais sa popularité est devenue mondiale et on a depuis exploité tout les supports pour faire connaître la série tel qu’une adaptation en série d’animation diffusée en 2013, un film live (adapté à l’écran avec des acteurs réels) sorti en 2015 et un jeux vidéo annoncé durant la gamescom de la même année. Mais ce qui prouve l’intérêt de ce manga est sûrement le nombre de séries dérivées.

En effet l’auteur s’est appliqué à faire en sorte que le lecteur ne se pose pas trop de question, tout est expliqué :
Before the Fall nous conte les événements soixante-dix ans avant ceux relaté dans la série principale ;
– Dans Birth of Livai on peut comprendre l’origine d’un des personnages, Livai, qui, malgré un rôle secondaire dans L’Attaque des Titans, a quand même une certaine importance ;
Le Guide officiel, comme son nom l’indique, établit une description de l’univers de la série, de ses personnages et de son environnement.

Extrait du film

Extrait du film

Le titre du manga est assez révélateur du thème traité : la lutte contre une invasion de titans. On peut sûrement y voir une référence au conte pour enfant Jack et le haricot magique ou Jack le tueur de géants. L’œuvre se déroule dans un temps se rapprochant du Moyen-Age (dans le manga on a un repère chronologique qui indique « an 845 ») mais le matériel utilisé pour tuer les titans est assez futuriste. Il y a une vraie recherche technique alors que la hiérarchie de la société est celle du temps médiéval. Rappelons les lignes directrices de l’histoire. Une population d’êtres humains vivent dans ce qu’on pourrait nommer « une forteresse », afin de se protéger des titans qui n’ont qu’une seule envie : les manger. Afin de « cohabiter » avec ces monstres, ils donc construit différents murs : un grand mur circulaire avec, à l’intérieur, un autre mur et encore un autre. Des noms leur sont attribués par ordre décroissant : Maria, Rose et Sina. Dans cette répartition de la hiérarchie le roi vit, évidemment, au centre.

Pour se défendre des titans, l’armée est divisée en différents groupes :
– La garnison, qui s’occupe de la protection des habitants et de l’entretien du mur ;
– le bataillon d’exploration, qui élimine les titans à l’extérieur du mur et qui acquiert des connaissances sur eux ;
– La brigade spéciale, chargée de la protection du roi et de sa cour.

Le manga se focalise sur le personnage d’Eren Jager qui, étant plus jeune, a vu sa mère se faire dévorer par un titan. Depuis, son seul but est d’intégrer le bataillon d’exploration afin de combattre ces êtres monstrueux. Pourtant, à part la présence monumentale des titans, l’histoire semble plutôt banale. Jusqu’à ce que Eren découvre la faculté de se transformer en ses pires ennemis. Au combat permettant de sauver l’humanité se mêle des interrogations mystérieuses sur cet étrange pouvoir.

Extrait du manga original

Extrait du manga original

Le petit point faible du manga réside dans le graphisme. Alors que l’histoire est vraiment riche (recelant sont lot de nouvelles découvertes au fil de la lecture, et sortant de l’ordinaire par le fait qu’elle ne se rapproche d’aucun autre manga, à l’exemple de Prophecy ou Darwin’s Game où le portable joue un grand rôle) le dessin, lui, manque de détails. Il en résulte un effet brouillon qui pourrait en dégoûter plus d’un. Certains pourraient donc préférer l’animé du fait de son excellente réalisation. Mais le graphisme brouillon ne peut pas toujours être vu comme un défaut : si vous aimer les scènes de torture, les têtes arrachées, le sang qui gicle de partout, c’est absolument parfait pour vous. Le manque de détail permet une certaine originalité ainsi que l’établissement d’une atmosphère pesante collant bien à cette histoire tragique.

L’expression des personnages est, quant à elle, très appuyée et parfois même trop, ce qui donne une petite touche humoristique. Cet humour est aussi donné par le caractère de certains des protagonistes de l’histoire, ce qui casse un peu la tragédie de l’histoire surtout lorsqu’ils se retrouvent devant de grosses difficultés. Cette diversité des caractères apporte vraiment un plus à l’histoire permettant de s’identifier et de s’attacher très rapidement à certains personnages. En revanche, ils ont tendance à mourir vite, apparaissant dans un tome et mourant dans le suivant, sans pouvoir connaître leur histoire.

Bref, malgré le graphisme particulier qui peut en faire fuir certains, L’Attaque des Titans nous propose une histoire prenante, riche en rebondissements. Difficile de s’arrêter une fois la lecture commencée. Eren et ses amis arriveront-ils à stopper les titans avant l’extinction de l’humanité ?

Mégane Richard

Publicités

Une réflexion sur “L’Attaque des Titans : monstres et Cie

  1. Pingback: L’Attaque des Titans : monstres et Cie | Le Litterarium

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s